Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

C'est le Coeur de Dieu, de Son Fils, de Sa Mère, que je contemple ici, en moi. L'ample image, royale et souveraine, dont la beauté et la bonté illuminent sans réserve, érige encore en moi Son Amour démesurément abondant. Malgré toutes mes fautes Sa Miséricorde...

Seul Dieu en ce jour peut m'apporter la joie, rien d'autre ici qui en vaille la peine. Car je ne vois pas dans ce monde des causes de profond bonheur, sans doute qu'il faudrait que je m'y attache plus sincèrement mais quand je regarde ses habitants, téter...

Ah, je vois de mes yeux la Face de Dieu, immobile et pleine de sang, la peau encore humide parcourue par d'innombrables plaies dont on sentait bien qu'elles avaient empiré toutes douleurs! N'entendez-vous donc point les tourments saisir avec vigueur ce...

Allez dire de ma part, gens de France, dire qu'avant de m'éteindre sur le champ de bataille, j’ai vu la Sainte Face du Christ ! J'ai vu, avant que ma dépouille sanglante ne soit enlevée, enroulée dans ces barbelés que le bourbier dressait en abondance,...

Et là, les romains emmenèrent le corps du Christ. En cours de chemin l'illustre Gabriel les croisa et autour de ses ailes solides, le vent se mit à les surprendre. Dans un geste plein de compassion il déposa au visage de son Dieu un doux baiser. Accablé...

Entendez-moi Saint Jude, qu’on dit vainqueur des causes désespérées, Je me traîne péniblement à vous pour vous soumettre cette demande (l’exposer ici). Ce n’est point sans frissonner que je verse des larmes, Espérant éloigner cette horrible confusion...

Ce désespoir qui nous appelle au milieu de nous sans manquer de prendre chacune de nos parties et de convenir pour l'ensemble de la conduite à tenir, devient aisément si l'on n'y prend garde, le maître en son domaine. Et je dis prendre garde, pas de la...

Pour chasser l’épais brouillard qui le recouvre, il tourne son flambeau, appelant de tous côtés le vent et ses bourrasques. Accroché à son rocher jusqu’aux pieds, tout tacheté d’écume et de crachats, molesté par devant et par derrière, il voit l’assaut...

Regardez bien devant vous, dans ce lointain paysage où règne la mer, là se trouve le plus grand des gardiens. Envoyé des hommes, il dresse sa carcasse au point le plus solide et demeure ainsi aussi droit qu’un mât afin d’attirer à lui toute la foudre...

En son lieu plongé dans les eaux, châtié par la tempête qui ne cesse de le provoquer, il guette le front soigné, les malheureux retournant de leur labeur. Un long frisson couvre son corps, mais rien de tout cela ne lui ravit sa droiture, il s’en moque...

C’est là que j’ai entendu cette puissance me dicter sa loi, pour laquelle elle ne peut désobéir sans subir d’autres tourments. Source de son triomphe, en majesté furieuse elle pousse sa nature à la bataille, affrontant les vents et les éclairs, épuisant...

Il y a là une demeure qui jadis a pris peine à s’élever, croyant sans craindre que la mer l’abreuve de raisons d’espérer. Dans l’heure matinale de la plus belle saison, je vois le rivage prendre parure d’une voile que le soleil à prit pour compagne et...

1 2 3 > >>