Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

 

                                     vheavel-troie.jpg

 Ceux qui me lisent savent bien mon attachement à cette théorie du complot, qui bien que très peu probable pour la plupart de mes concitoyens, demeure pour ma plume un sujet passionnant. La lecture de l’article, « L’offensive secrète d’Obama contre l’Iran » a réuni en moi de nouvelles excuses pour édifier ma vision. Examinons attentivement cette trame, qui si vous le voulez bien, auront à l’intérieur de vous une résonance particulière qui permettra peut-être d’envisager d’avantage la formule du monde, non pas le monde comme l’entend le monde mais le monde comme le souligne l’enseignement du Christ. Ceux qui se laissent éblouir par la gloire de César n’auront rien à entendre de mes mots et pourtant c’est à eux que je m’adresse et je sais bien que ce qui les manipule et qui se fait appeler relativisme, les pourvoit d’une cécité qu’aucun aveugle s’il la voyait voudrait recevoir en échange de celle qu’il a. Je sais bien que l’influence rationnelle du monde et de ses œuvres apportent beaucoup d’orgueil et de vanité, ceux-là même que la connaissance ou l’adresse de l’esprit rend princes et qui n’ignorent pas que les évènements du passé se répètent, cloisonnent néanmoins leur existence entre quatre murs. Vivre dans cet état est reprochable mais est justifiable dans la mesure où l’ignorance est une maîtresse fidèle de la nature humaine, c’est à cette citadelle que je m’attaque et bien que très impressionnante reste un édifice fragile si l’on sait décocher une flèche dans une de ses brèches. 

 Après avoir exposé un avis clair sur mes motivations, je peux commencer mon analyse, si tenté qu’elle doive convaincre sans en retirer tout le bénéfice lié à sa construction. Il est dévoilé dans l’article des révélations concernant la guerre secrète menée par les Etats-Unis contre l’Iran. L’origine du programme comme le souligne l’auteur, David Sanger,  remonte à 2006 et des divers échecs en matière de stratégie et de plan pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme atomique. L’on voit apparaître une nouvelle tactique qui consiste à gagner du temps sur l’ennemi en piratant son système informatique qui gère les centrifugeuses iraniennes. Cette cyberattaque  rappelle cette guerre antique,  dont toute mémoire doit se rappeller pour parler de ruse, sans quoi aucune domination ne peut se faire si celle-ci n’implique pas une telle échelle. Par conséquent une semblable démonstration instruit le talent humain des mécanismes de la lâcheté, cette forme de l’esprit s’acharne à la mise en place de possibilités viciés capables de nuire dans des proportions qui empêchent l’adversaire d’en voir toute l’étendue. Ce nouveau type d’arme rappelle le système HAARP, ces techniques garantissent à l’autorité en place le moyen de ses ambitions. Les propos révélateurs d’Henry Kissinger soulignent ces dires:«  nous construirons une société nouvelle, un  nouvel ordre mondial , il n'y aura qu'une seule superpuissance occidentale, qui sera un gouvernement mondial qui gagne. N'oubliez pas, les Etats-Unis, ont les meilleures armes, nous avons des choses qui aucune autre nation ne possède, et nous allons introduire ces armes au monde quand le moment sera venu. "*. Voyez-vous ces armes sont comme des virus que l’on inocule d’une manière cachée, dans cette affaire l’homme n’est pas moins fidèle à sa nature et si comme Caïen il tente de cacher le crime de son frère à Dieu, il n’en reste pas moins utile à la compréhension des mécanismes qu’use notre ambition pour dominer. Et lorsque le public en prend conscience, convaincu que les désirs d’un petit nombre prédominent sur le bien général, les effets dévastateurs deviennent plus graves, l’esprit prend acte de la véritable cause, ruinant ainsi l‘idée qu‘il se faisait de la bonne conduite de l‘homme. La diversité des opinions entame bien les bons sentiments et obscurcit le jugement, cela accroît considérablement l’inefficacité de la démocratie et donc par là du bon choix de celui qui dirige. C’est pour cela que le plus petit nombre, s’ils ont les mêmes convictions, surtout si elles sont d’ordre sacrées et qu’il se soumette volontiers à la discipline et  à l’obéissance, chose que les religions savent entretenir, peut s’organiser rapidement et agir de même. Ces considérations que l’on retrouve plus amplement développé chez Machiavel, ont toujours tentés de ruiner les nations et les empires, c’est ainsi  qu’elles sont l’expression de la part d‘ombre qui nous habite. Le moyen de conserver le trône, tout prétexte de discorde est une nécessité bien utile, le tout doit rester caché du plus grand nombre, le but étant de tenir voilé les moyens de la domination en veillant à ce que ceux qui doivent en parler soient dénigrés ou éliminer. En cette circonstance qui participe à garder le pouvoir, maltraite tous les idéaux de grandeur et de bonheur et se garde le droit d’accroître sa domination sur l’ensemble par la mise en place d’une structure parallèle entièrement à leur service. Lorsqu’on examine toutes les possibilités qui sont offertes à cette caste, l’on se trouve confronté à des moyens que l’imaginaire collectif associe à des œuvres populaires. L’enracinement de cette culture a rendu désuet les fables et les contes, rendant à celle-ci moins d’honneur qu’une vulgaire chanson. L’amalgame culturel est tel qu’elle discrédite toute portion allégorique et symbolique,  ne sachant pas dissocier le vrai du faux, le peuple se soumets volontiers au sarcasme et finit par conclure qu’est fou celui qui en défend la réalité. Ne soyez par surpris comme les oisifs et les lâches, car eux sont les moins honorables de l’espèce humaine,  ils ne conviennent pas des usages du monde antique et de ses délibérations philosophiques maintes et maintes fois exprimés par la mythologie et ses symboles. J’assure ici à ceux qui m’écoute avec une oreille attentive, que les grands projets de la modernité portent en eux les noms de ces dieux et de ces héros, qui jadis lorsqu’ils guerroyaient donnèrent à notre nature une remarquable définition.  Ariane,Atlas, Hermès, Herakles ou Arès sont autant de noms utilisés pour des projets de conquête et de défense, une manière si limpide de voir comment on use des mots pour définir notre arrogance et de là donner d’avantage d’ampleur à notre ambition. Le développement des capacités offensives permet alors de soustraire au voisin ces capacités de nuisance et ainsi éviter de lui donner l’envie de nous dominer, une dissuasion qui devient vite un moyen de contrôle et qui finit par causer des troubles plus grands que la guerre elle-même. L’on concevra que le plus fort est celui qui domine militairement l’autre, on n’a jamais vu aucune cité, aucune nation, aucune république ou aucun empire survivre sans l’usage de la force. Soumettre l’autre est une volonté qui égare bon nombre de chefs et qui les conduits le plus souvent à faire naître chez son voisin les mêmes désirs, puisque toujours l’un succombe à l’autre. Il s’agit donc par ces mots de soumettre à l’esprit les domaines de la connaissance militaire, ces savoirs nécessaires à celui qui veut entreprendre une lecture du monde, saura à la manière de David trouver un moyen de battre Goliath, et si ce dernier avait montré autant de ruse que son jeune adversaire il aurait certainement gagné. Je crois volontiers que pour établir cette pensée qui consiste à comprendre le dessous des cartes et qui impose par sa propre définition la présence du complot, l’on envisage les motifs d’une telle réalisation. L’esprit sournois demeure donc toujours la clé d’une telle entreprise et si dans notre cas le président Obama s’acharne à saboter les moyens nucléaires iraniens c’est qu’il se soumet invariablement à cette notion. L’homme prit dans cette logique construit sa propre destruction. Je suppose que régner c’est  protéger les siens et si l’on veut convenir raisonnablement d’une manière pour y parvenir alors il faudra mettre en œuvre des moyens dissuasifs qui ne seront  pas sans effet , l’on conviendra donc de mesures détournées et suffisamment planifiées en secret pour vaincre son ennemi.  Obama en use parfaitement, l’opération s’avère fortuite, un virus dans le système informatique iranien a ralentit, dit on de deux ans le programme nucléaire, ce qui prouve ici que celui qui a défendu en son temps la thèse du complot aura eu raison même s‘il ne pouvait le démontrer. L’on pourra considérer qu’à la lumière de cet exemple, l’actualité pourra être analysée sous cet angle.  

 L’on voit donc par cette tournure que concevoir et étudier les différentes hypothèses permet de révéler ce qui nous échappe et bien plus de prendre acte de ce qui pourrait nous arriver. Envisager le complot est une nécessaire démarche pour rechercher la vérité et c’est-ce qu’a fait David Sanger, aujourd’hui son livre fait l’objet d’un véritable débat.

Antoine Carlier Montanari (Commentaire suite aux articles paru dans le Figaro "L'offensive secrète d'Obama contre l'Iran" daté du 07/06/2012 et " Les guerres secrètes d'Obama créent la polémique" daté du 08/06/2012, ainsi que l'article paru dans le New York Times "La cyberguerre a déjà commencé" daté du 08/06/2012)

*Interview d’Henry Kissinger paru dans The Daily Squib, le 27/11/2011

 

Commenter cet article