Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Alighieridante.over-blog.com

 Pour la classe médiatique Marine le Pen a perdu son face à face avec Emmanuel Macron, il aurait été étonnant qu’il en fût autrement étant donné qu'ils se sont ouvertement positionnés en la faveur de ce dernier.  L’instant sera cependant historique dans la mesure où la pensée dominante a fait de la candidate son ennemi. Ce statut lui confère en réalité une sorte de sainteté qui fait écho à la mission de Jeanne d’Arc, en effet Marine le Pen honore comme son père la pucelle qui sauva la France. Pour autant si Marine le Pen rappelle étrangement la sainte française, l’acharnement de ses ennemis est tout aussi significatif.  Le parallèle est un signe qui sublime considérablement le présent, et lorsqu’on se réfère au procès de la sainte catholique on comprend mieux pourquoi aujourd’hui les barons du clergé français se comportent tout aussi élégamment que l’évêque Cauchon. Qui vît dans cet envoûtement mondialiste condamne forcément le combat mené par Marine le Pen, Emmanuel Macron qui au fond est couronné par la croyance dans le mondialisme financier n’est pas en mesure de comprendre l’authenticité de l’esprit français. Son attachement  aux valeurs des lumières s’adresse d’avantage aux aliénés comme l’entendait Marx qu’aux enracinés. On s’en doute, l’affrontement ne devait ne pas se réduire à une discussion courtoise, d’emblée Marine met les point sur les "i", elle frappe comme un boxer qui voudrait gagner par K.O. Cette doctrine de la véhémence rend justice au courage. Au fond, d'ici quelque temps et hors de ce contexte déjà plus qu'acquis au candidat Macron, quand les esprits pusillanimes auront fini de couver leur hypocrisie, ce face à face se révélera d'une toute autre mesure. En effet Marine le Pen a véritablement désigné Macron comme son ennemi et l’ennemi à abattre. Tout spectateur de sport de combat, tout homme viril vous le dira, Marine était le seul homme politique à avoir des couilles. Véhémente, Marine Le Pen a réactualisé la figure politique sous la forme d’un héroïsme qui rappelle celui de Léonidas devant le messager de Xerxès.  – « Vous êtes à plat de ventre en permanence, devant l’Allemagne, devant le syndicat de la magistrature, devant l’UOIF ! » martèle-t-elle à Emmanuel Macron. On aura compris, Marine ne se soumettra pas à la banque, du moins cette dernière l’a définitivement bien compris ! En vérité la phénoménologie héroïque  remplit toujours les offices, l’attitude guerrière de Marine a déjà extasié le futur peuple de France, demain, dans les chaumières, elle sera identifié comme une résistante !  Lorsqu’on se réfère au sacrifice du Christ, sous les yeux de l’occupation romaine, beaucoup perdirent l’espoir, leur méconnaissance du tacticien messianique et des réflexions authentiquement spirituelles ont empêchée de comprendre la portée réelle de son geste, sa soumission volontaire entraîna en réalité une victoire sur le long terme. De fait, il est possible que Marine le Pen aie également reformulé la méthode traditionnelle du débat afin que les forces intellectuelles conscientes soient en réalité incapables d’empêcher sa victoire à long terme. La foule avait choisi Barabbas en affublant le Christ de tous les péchés. Depuis cet événement, le bouc émissaire est toujours innocent, en effet alors que Marine le Pen n’a jamais été aux affaires, qu’elle n’a jamais contribué à la crise économique et morale du pays, un exemple simple, est-ce que Marine Le Pen est t-elle responsable des 47% d'augmentation de la mortalité infantile en Grèce en 5 ans, non, l'Allemagne l'est. C'est pas le Pen qui a tué des gosses, c'est l'Europe qui a tué des gosses, c'est pour sauver l'euro qu'on tue des enfants et tuer des enfants c'est fasciste!(1) Elle est alors accusée, tout comme le Christ, de vouloir troubler l’ordre publique. L'accusation ne s'arrête pourtant pas là, son parti est alors traité de parti fasciste, depuis l'aveu même de Lionel Jospin (2) en 2007, cette qualification n’était que du théâtre pour le diaboliser. Ainsi le meurtre politique de Marine le Pen ne fait que confirmer le choix de la foule envers Barabbas, c’est en réalité le bouc émissaire (3) de la république qui nécessairement a trouvé dans le Front National un coupable afin de garder le pouvoir. Ce coupable est pourtant innocent et quand cette foule le choisi comme son "bouc émissaire" elle se rassemble donc autour de son nouveau "dieu" pour le lui offrir, et ce faux dieu est le système, via Emmanuel Macron. Dans cet épisode l'unité sociale contre l'oligarchie n'a pu se produire car la foule, celle qui choisi Barabbas, non pas celle de la rue mais belle et bien celle des médias, a bruyamment scandé le nom Macron.

Ainsi au lendemain du débat, des deux candidats, celui qui a été au pouvoir n’est semble-t-il aucunement responsable de la situation désastreuse du pays, il sera pourtant intronisé par le sacrifice de l'autre!

Antoine Carlier Montanari

 

(1) Pierre Yves Rougeyron, curée de campagne 7 (à la 11ème minute)

(2) 29/09/2007, Répliques, France Culture

(3) René Girard, le Bouc Emissaire

Commenter cet article