Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

                                mal_celine_bara.jpg
 Je me suis fais violence et j’ai lu des choses qui font que le beau et le bon ne sont plus.  Je vis dans ce bourbier, des gens nus, recouverts d’immondices et prenant plaisir à des plaisirs que la fange elle-même s’étonne d’en être la reine. Comme ils sont là à aboyer comme des chiens dans la géhenne, glorifiant ce puissant seigneur qui vomit son feu sur les âmes, martèlant leur haine du soleil et de l’Amour.  Alors je vous dis, à vous qui parlez sur ce forum, toute ma tristesse d’entendre autant de vilains mots et de phrases poisseuses. Que tout ce qui est dit, promet un bonheur qui maltraite bien ces commandements que supporte ces bonnes vieilles pierres, et qui anoblissant le caractère sacré de notre nature ont permis aux anges de revenir. C’est en me mettant à l’écart de vos discours que je peux encore respirer, car vous l’aurez bien compris, je suis adversaire de vos dogmes et de vos comportements. Et si je daigne poliment vous répondre c’est qu’il est nécessaire de débattre, et dans cette arène qui vous sert d’hémicycle et qui permet à cette multitude de refuser Dieu, je porterais l’étendard de celui qui se fit appeler Hector.  Car lorsque j’entendis cette reine qui  darde sa langue comme un javelot et qui s’éprend des vices et des luxures, mon âme fut tellement affligée que je ne pu contenir longtemps cette misère que l’on nomme dégoût et qui pour bien des illustres auraient suggéré des mots peu élogieux. Qu’elle découvre ses charmes, brandissant ces verges comme des lauriers, proclamant aux avaleurs les idées d’un cadavre encore chaud, et j’entends par là celui qui engendra tant de malheur en Russie, oublie que le monde est vieux et qu’il ne s’est jamais plu des idées de Mars ou de Vulcain. A bien saisir le sens de son discours, révoltera à coup sur celui qui admire Lucrèce et s’il s’échauffe qu’il laisse déborder en dedans de lui sa part de clémence. Si nous étions amis je vous rendrai témoignage et je vous dirai comme le renard au corbeau que vous êtes belle, m’abandonnant à cette funeste plaidoirie qui rendrait jalouse l’hypocrisie, et ensuite comme j’aurais été fier de ma leçon je vous aurais rendu autant de disgrâce chez les autres. Mais voilà comme nous ne sommes pas de bons amis je préfère vous dire ce que je pense, car même si rien ne nous rassemble je tiens en estime l’homme car il est de nature au changement et si l’on tire des belles lettres ceux qui sont devenus Saints, l‘on pourra prétendre dire à l‘enfant qui naît que le bien est plus grand que le mal. Combien de doux poètes se sont fourvoyés à cette homosexualité si glorifiante chez vous, combien en ont ensuite eu honte en embrassant ce Christ sur la croix? Dîtes-moi Céline si vous les connaissez, car le monde les connaît et les encens? Ils s’appellent Rimbaud, Verlaine, Oscar Wilde ou encore Proust, non de vains noms car aujourd’hui ils siègent auprès des géants et s’ils gisaient ici ils vous diraient en une mesure plus redoutable que la mienne que ce que vous faîtes est très mal. Ne soyez pas une mauvaise héritière, cette apparence qui vous sert de corps ne doit pas être accablé ni souillé par de vilaines postures! Ô vous, oui vous qui vous vous conduisez comme en enfer, ne voyez-vous pas qu’il n’y a rien de beau là-bas? Sans doute que dans votre tourment avez-vous bien effacé ce que vos chers parents ont mis tant de temps a façonné. S’il est de pire effroi que de perdre son âme, affreuse est celle qui se contente de ne plus regarder le soleil et si le vice que vous exaltez accable nombre d’entre nous, il amenuise aussi la beauté de ce monde. Mais dites-moi, si vous savez, et j’en doute, que deviendra ces enfants plus tard s’ils prennent exemple sur tant de folie, oubliant l’apothéose de Michel-Ange et le Messie de Haendel, la divine comédie de Dante ou le Prométhée de Landowski? Jamais sans doute, aucun de ces justes ne trouvera grâce auprès de vous, ne méritant  pas que l’on fasse l’effort de s’élever et d’atteindre le ciel? Quelle discorde peut on encore entendre lorsqu’il nous ait donné autant de beauté, emportant nos pauvres chairs vers des horizons chauds et salvateurs?  Il faut m’en dire d’avantage, Céline, et me dire pourquoi j’ai tord de m’opposer à votre fanfaronnade? L’honnête Mère Térésa, le bon Fra Angelico, le juste Luther King et tout ceux que l’on a connus pour leurs nombreux bienfaits? Où sont-ils maintenant dans vos discours, faites les moi donc connaître, puisque vous dîtes « privilégier l’humain et l’intelligence »?  Car il faudra me dire comment une femme peut-elle tourner le dos à la noblesse du cœur et au don de soi, quand en son sein elle peut offrir la vie et la faire germer de manière à ce qu’elle puisse atteindre la perfection. Et bien que dans ce cas qui ne semblera pas vous émouvoir, je puisse vous montrer comment il faut s’y prendre pour aspirer à autre chose que la satisfaction de toutes les envies. Votre déni des sentiments les plus chrétiens donne bien des lacunes à la compréhension du monde et entendre autrement cette réalité qui a façonné notre civilisation renverse toute compréhension de l’histoire. Si le Christ est pour moi l’incarnation la plus sublime de l’amour, redonnant courage au pauvre, guérissant le malade et donnant à l’argent la valeur de la poussière, c‘est qu‘il instruit en moi une force que je ne pensais jamais pouvoir posséder, c’est-à-dire pardonner. Oui, ses mots élèvent la miséricorde et la charité à une hauteur jamais atteinte, cette relation avec l’humanité a été porté par le sacrifice. Alors qui depuis ce jour-là peut prétendre à tant de gratitude? Dîtes-moi Céline, comment se passer de celui qui vous offre un tel témoignage et qui vous susurre à l’oreille qu’il vous aime au point de vous donner sa vie? Réfléchissez bien car le temps qui arrive va soumettre nombre d’entre nous a des catastrophes de plus en plus violentes, la paresse de l’esprit ne saura préserver du désespoir car les réponses que vous apportez ne parlent pas au cœur et celui qui est dans la tourmente demande plus que du sexe et du libertinage. Devant l’effondrement des valeurs, les matérialistes vont mordre la poussière et boiront à un calice une eau si amère qu’ils se demanderont s’il ne vaut pas mieux mourir. Il n’est plus à l’heure de jouir dans l’oisiveté, un loup décharné est près à bondir sur le monde, recouvrant de ses entrailles pourris bien des nations et il crachera sur les autres des afflictions et des maladies qui décimeront les plus fragiles. Ses pattes moisies feront trembler les terres et les océans et son odeur fétide se déversera sur les grandes cités, rendant le ciel invisible et le soleil aveugle. Cette engeance qui nous gouverne et qui va écraser toutes l’économie mondiale, prépare en cachette une guerre si violente que vous n’aurez plus le temps de vous sucer et de vous lécher, laissant à vos misérables envies bien des frustrations qu’il faudra contenir. Votre cœur sera alors pris de convulsions, si fortes et si douloureuses qu’il vous demandera des réponses à la hauteur de ses secousses. En ce seul moment vous vous rappellerez certainement de ce que j’aurais dis et vous conviendrez que l’homme est faible, si  faible que seul il ne peut atteindre sa pleine liberté. Sans pour autant vous haïr, au contraire car je prends ma plus belle plume pour vous témoigner ce qu’un père dirait s’il voyait sa fille mal agir, elle ne comprendrait certainement pas mais plus tard elle l’en remercierait. Car dans ce que nous sommes, rien ne peut empêcher cette parole qui nous dis souvent que nous agissons mal et que par honte nous repoussons toujours plus loin. Mais elle revient encore et encore,  creusant la conscience pour qu’ici son ombre vous rappelle qu’il n’est pas bon de fuir ses responsabilités. Et c‘est en cela que vous maudissez à travers elle la morale, la religion et les dieux! J’ai bien compris que mes paroles iront se heurter à vos murs, puisque ce qui vous motive nourri un charnier, que même les porcs fuiraient pour retrouver leur bourbier. Il est vrai cependant que je ne réserve plus trop d’espoir en ce qui vous concerne, ce déchaînement qui est le vôtre circule comme un poison violent et sème bien des horreurs. Votre demeure est la plus basse et la plus ténébreuse et la plus éloignée du ciel et sans qu‘aucune colère ne vienne me bouillonner je vous dirai bien qu‘il est bien dommage que votre mère ne vous ai pas avorté! Mais dire cela reviendrait à devenir vous, cela je ne puis le consentir, s’il ne vous ai pas donné la clairvoyance du bon sens il n’est pas de mon sort de vous condamner. Mes mots ceignent en cadence et je les retiens autant que je peux afin qu’ils ne vous dégoulinent pas dessus. Prenez ces touffes de serpents comme chevelure, mordant vos tempes et vos joues et vous me direz certainement que cela vous plaît, alors sans retenue j’irai au Parnasse recueillir ces douces fleurs afin de savourer ce que la poésie offre de mieux.
Antoine Carlier Montanari
PS: Envoyé à la personne concérnée, la réponse fut tellement insultante qu'il est préférable de ne pas la publier.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Céline Bara 03/01/2012 21:28

De MAL Mouvement Antithéiste et Libertin
A Antoine Carlier Montanari
Objet :Céline Bara à la petite pute de jésus.

"Puisque vous n'avez pas eu l'honnêteté ni le courage de poster ma réponse je viens le faire moi même" :

Merci de tous ces compliments desquels je retiendrai surtout votre délicieux passage sur les raisons qui ont poussé ma mère à ne pas m'avorter.

Heureusement pour vous je serai bien plus bref en vous souhaitant tout simplement d'aller lécher la chatte de votre mère, quelle soit à l'hospice ou six pieds sous terre, et d'aller vous enfoncer
un crucifix si profondément dans le fondement qu'il vous en écorchera les entrailles et vous laminera les hémorroïdes à vous en faire éjaculer de plaisir dans la bouche d'un enfant de cœur.

N'oublie pas non plus pauvre dégénéré qu'un certain Galilée se joint à moi pour déféquer dans ta gorge le plus moelleux des étrons et dégueuler sur ta misérable condition de raclure
ecclésiastique.
Va donc te faire enculer par ton charlatan de Christ, né d'une putain juive et mythomane, et va cracher ta prose aux enfants de trisomiques issus de mariage consanguins et qui depuis la nuit des
temps remplissent les rangs de ton église.

Cordialement,
Céline Bara

ps : Excuse moi gogolito mais j'ai autre chose à foutre que de répondre à tous les tarés du monde alors tu m’excuseras de faire bref.

"La prochaine fois que vous m’écrivez ayez le courage de signer de votre nom. J'ai gardé votre message et je n'ai vu aucune signature en bas de votre mail. Je corrige cette erreur de suite sur mon
forum."