Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Alighieridante.over-blog.com

         

 L'accident est particulièrement violent, un camion et un car plein de voyageurs se sont percutés. La collision a causé la mort de plus d'une quarantaine de personnes. Vendredi, peu avant 7h30, sur une route sinueuse de la commune de Puisseguin, en Gironde, le conducteur de bus s'est trouvé face à un camion en portefeuille. Le feu a démarré tout de suite, comme un éclair, les pneus, les vitres, tout pète, le chaos parachève ce petit peuple en voyage. C'est un péril apocalyptique, la vision de la fournaise sacralise l’événement. C'est une mini fin des temps, une mini fin du monde pour tout ce petit monde. C'était l'heure du jugement, même dans un style moderne et anti-apocalyptique le réel est toujours de retour. C'est en quelque sorte l'abrégé divin pour les hommes, fondamentale loi qui l'extrait de la conscience sécularisée. Si vous avez lu le chef d'oeuvre de Melville vous n'aurez pas de peine à comprendre ce que je dis. Ça refonde radicalement le quotidien, cette qualité de projection renouvelle l'existence et lui confère une sorte de compréhension surnaturelle du réel. Cette infographie évangélise le naturel et le réinterprète en syllabes prophétiques. C'est la vue immédiate de l'oracle, le moment où l'homme doit exorciser la future défaite. Cette prétendue discipline de constitution pré-révolutionnaire nourrit seulement les existences décrites comme créatures. Pour les autres, celles qui ne se disent pas créatures, la réforme a donné le scientisme, l'horoscope et le bistrot, c'est précieusement cela qui débouche sur la charlatanerie. Dans cette période tardive du monde, l’idolâtrie païenne s'efforce de trouver une transcendance naturelle, affranchie du sens de l'histoire et en même temps refuse aux croyants la main mise de leur Dieu sur les événements. Cette communauté n'entend donc rien à la prédestination de l'homme ni à la providence, toutes choses est donc due à une suite d'erreurs, d'erreurs mathématiques, et folle de joie de jouer avec la race humaine. Les dés sont jetés, rien ne vient configurer le logiciel des idées. La cause efficiente à tout cela c'est l'acrobatie des équations, à ce jeu là, les circonstances de la collision ne sont rien d'autres qu'un enchaînement de désordres substantiels, formés d'une incroyable quantité de chiffres en mouvements. Ce consul de formules auto stimulées décide aléatoirement de la destinée et en ce sens toute l'humanité est agitée sans réelle volonté. La densité émotionnelle produite ne générera donc aucune solution efficace puisqu’aucune promesse de salut n'est envisagée. D'ailleurs les mairies n'offriront aucune cérémonie funéraire, la loi de 1905 a bien séparé la chair de l'esprit, c'est la souveraineté absolue du corps sur l'âme. Le renoncement officiel de la vie spirituelle a généré la mort de Dieu, c'est l'histoire qui recommence, les républicains se reconnaissent dans Pilate. En fin de compte, le Christ est bien mort, il meurt en permanence dans le cœur des hommes. Cette mort actualisée finit toujours par revenir comme un boomerang, tout événement mortuaire étonne et se répercute de manière sensationnelle dans les médias, la mort réduit à néant tous les efforts du progrès. L'humilité est de rigueur, l'arrogance matérialiste a pris un sacré coup, mais on oubliera vite, très vite, tant pis pour ceux qui y sont restés. Si la mort de ces voyageurs n'est donc que le produit de l'alchimie universelle, aux conséquences imprévisibles, il ne reste plus qu'à la race des hommes de prier le dieu des nombres de ne pas faire tout péter! Car pour cette toute petite colonie humaine dans le car, si la vie vécue jusqu'à présent ne les a jamais préparé à cela, alors véritablement c'était pour eux la fin de tout! C'était tout autant une petite fin du monde, une petite fin qui avait l'air d'une immense et interminable fin pour eux. Car lorsque viendront la grande fin des temps et celle du monde, se sera autant de petites fins additionnées entre elles. C'est à cette heure là qu'il faut se préparer, la seule affaire pour Bossuet, la grande affaire, le reste n'est que bruit et vent, car dans cet infini qui est lui même dans un néant absolu, tout peut arriver. Le grand rien, à son tour, élabore, peut-être, à notre insu, une collision d'une toute autre nature. Et comme nous ne voyons jamais rien arriver, nous avons appeler ça accident. Une maladresse, un malentendu, c'est le choc, la perturbation avec semble-t-il sa méthode autonome. Cette valeur qui nous échappe, en ces jours, a véritablement de beaux jours, la puissance technologique ne manque pas en effet de nous jouer des tours. Chaque modélisation concrète de notre esprit est abondamment nourrie de nos faiblesses. L'accident de train à la gare de Brétigny-sur-Orge en 2013, témoigne de cette incapacité à corriger nos erreurs, l’événement que représente aujourd'hui chacun des accidents de ce type, est proportionnel à notre indifférence au péché. Ça carbure fort dans cette direction, Dieu n'entend pas qu'il en soit ainsi, au temps des grandes marées d'oraisons et de prières, la grâce, en abondance, dissolvait les effets pervers de nos manquements. Déjà, nombre d'entre-eux ont pu être évité par quelques consciences encore pieuses. Mais le temps croissant dans le sens opposé, les désastres se font de plus en plus nombreux, la grande panoplie technologique ploie inévitablement sur la volonté humaine, l'homme approfondit de moins en moins la connaissance de ce qui l'entoure. La philotechonologie a plongé l'homme dans une profonde ignorance de l'être et celui-ci se laisse aisément contrôler dans une complète insouciance de ce qui le domine. Cette indifférence souveraine, narcissique, creuse avec entrain un grand abîme, c'est le plongeon assuré pour l'humanité qui comme l'accident de car ne pourra que faire constater froidement la mort comme loi naturelle. C'est un juge radical qui a pour seule autorité la vie, chaque accident est le signe visible du péché, " En effet, ceux qui se conforment à la chair tendent vers ce qui est charnel ; ceux qui se conforment à l’Esprit tendent vers ce qui est spirituel ; et la chair tend vers la mort, mais l’Esprit tend vers la vie et la paix."(1) La connaissance du pur sujet qu'est Dieu, le Dieu Trinitaire, le Dieu Amour, le Dieu Miséricordieux, a été remplacé par le dieu science, ce même dieu qui a fait de Nagasaki, de Hiroshima, de Fukushima et de Tchernobyl, une réalité désastreuse. L'accident du car en Gironde est un énième avertissement, tout est fragile, un boulon mal serré, un pneu mal gonflé, une autoroute mal entretenue, une conducteur mal réveillé ou encore un horaire pas respecté peut déboucher sur un accident, cependant, parfois, en de plus rares occasions, cela s’avère salutaire, l'accident est évité, on appellera cela un miracle, c'est la grâce qui agît.

Antoine Carlier Montanari

 

(1) Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,1-11

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article