Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Alighieridante.over-blog.com

           

 Il y a des signes dans les cieux, en ce jour de la fête des morts ça tombe bien, un astéroïde (1) frôlera la terre. C'est bon signe pour les forçats capitalistes, les récipiendaires ultra libéraux n'y verront que du feu, pour eux c'est noêl sur l'horoscope. Halloween va engager le dialogue avec les esprits, à présent qu'ils ont généralisé et globalisé leur i-connerie, ils vont se rassembler comme des fourmis dans leur Babel. Hélàs, la trajectoire de l'astéroide, qui, d'après la NASA, a tout l'air d'une tête de mort avec pour regard deux cavités sombres et un trou rond au niveau du nez, ne viendra pas causer de dégats chez ces adorateurs nocturnes. Cette comète morte, blanchâtre, portera donc son tablier en faveur d'un au delà moins favorable, après tout il n'y a que chez les adorateurs des loges rouges que ce symbole veut dire quelque chose.
Justement, ces maçons reconstruisent la nouvelle Babel, le grand architecte a besoin d'une foule de foutres prête à la bâtir, c'est là le centre d'une grande transaction immorale avec son immense cadi interactif dont la plus noble part ressemble étrangement à un centre de damnation. Ce contre remboursement moral a accumulé une telle dette financière que l'ordre spéculatif n'agit pas comme Dieu dans cette affaire-là. Yahvé, lui, au travers de Son Fils Unique, Christ, a converti la culpabilité en liberté, Yahvé efface les dettes . La dette morale est préférable à la dette économique, cette première est toujours effacée de l'ardoise lors de la confession. La foi c'est l'or du chrétien, vous comprendrez qu'en cet état Satan a fait en sorte de déposséder les nations chrétiennes de cette richesse, il l'a remplacé allègrement en désir achevé, en encre et en papier; l'or est l'anti-endettement. Cette antigravitation chrétienne étend le rayon de la liberté, Dieu neutralise ainsi la colère d'Achille,son Fils, Christ, a annihiler les effets dévastateurs du principe de Lucifer. Mars, le dieu de la guerre, s'était vu refusé les faveurs des hommes, la grande loi du pardon a officialisé l'ère de l'occident, ce fut le temps d'Ulysse, le rusé. Machiavel ne me contredira pas, même si l'église catholique lui refusa quelques droits, il a favorisé l'émergence de la realpolitik et permis d’accroître la puissance des nations chrétiennes. Il était dit que Dieu favorisera ses enfants en l'échange de leur foi comme se fut le cas de Joseph auprès de pharaon. Mais ces faveurs s'arrêteront le jour de la grande abomination, l'apostasie, celle engendrée par l'antéchrist et son système, le socialisme. L'anglais servira de trampoline, le dollar gémira comme une prostituée, mais servira de planche à billet pour toute la planète. Une fois la bataille engagée, elle réactualisera son épitaphe écrit en langue morte , "Novus Ordo Seclorum, Annuit Coeptis", en langue vivante ça donne ceci: "Nouvel ordre pour les siècles, Notre projet sera couronné de succès" (2). La bête argent aura alors le caractère exemplaire de son maître, arborant une pyramide constituée d'une multitude de briques identiques dont le sommet est éclairé par un œil. Cette structure babélienne, excédante d'ambition, aura préalablement accouchée de quatre grands docteurs contre-évangéliques. Le premier, Darwin, refusera le droit du sol à Adam et Eve, laissant les hommes orphelins. Le deuxième, Freud, effacera le diable de l'équation, et par là même Dieu lui-même. Le troisième, Nietzsche, condamna Dieu définitivement. Puis vint le quatrième, Marx, qui politisa l'athéisme et fit trôner l'homme sans Dieu, c'est le retour à Babel.
 Cette grande bulle hyper névrotique fait plier tous les empires et jette la majeur partie de l'humanité dans un somnambulisme extatique. C'est une masse de mordeurs, plus communément appelés zombies, dont le seul objectif est de consommer. Voyez-vous, en ces temps, ça pullule sur les écrans, on ne compte plus les représentations de ce genre, le succès est tel qu'Halloween est devenue l'opérateur en chef de la cause. La popularité grandissante des morts vivants joue formidablement du pipeau, les mômes comme les adultes sont réduits à des réflexes consuméristes dont la joie délirante qui se lit sur leur visage peut-être amalgamée à une sorte de paralysie béate. Il n'y a plus de frontières à l'abrutissement des foules, c'est mortellement chargé négatif, pour l'amusement, tout passe, le trouble est profond, c'est la gloire de la névrose! En somme, l'ampleur des dégâts est synthétisé sous un masque fossile. Au milieu de cet infanticide généralisé, l'hypnose que subisse ces masses les empêchent totalement de réaliser le naufrage de l'autre partie du monde.
 L’astéroïde en forme de crâne n'a été le signe de la mort que pour les seuls passagers de l'avion qui s'est écrasé dans le Sinaï (6). A ce stade, la mise en scène d'Halloween préfigure une toute autre mise en scène, celle-là, eschatologique, interviendra de manière bien naturelle. Dans les loges, les précepteurs en tablier ne citent que Voltaire: "La mort d'aujourd'hui est une comédie dramatique où on joue à celui qui ne sait pas qu'il va mourir." (3). Ils ont même financé John Carpenter. Lui aussi voyait les signes dans les cieux, l'éclipse annonçait son Prince des ténèbres, les écritures portées à l'écran, le grand dogme des lumière le fit pénétrer dans la petite église de pierre rouge. Le réalisateur d'Halloween ne crut pas si bien faire, comme d'ailleurs avant lui, Louis Boulanger dans une lithographie de 1828 (4). C'est une histoire de lumière, lucis qui veut dire lumière en latin, et ferre qui signifie porteur, le porteur de lumière, Lucifer. Vous voyez, le câble électrique le fit chair, au centre du salon il évangélisa son art, les frères lumières constituèrent avec énergie un catalyseur d'observation. Le dieu électrique alimenta toute l'opinion. Cette mécanique énergétique, formidablement chargée de mathématiques, allait engrosser une autre puissance, le nucléaire. Ce nouveau Caïn, en pleine colère, est intégralement haineux à l'égard de tout. C'est le retour de la grande l'histoire, Ulysse s'est métamorphosé, le rusé est devenu malin. C'est donc tout naturellement le retour d'Achille, ce fils trempé dans le Styx porte toutes les marques de l'hostilité, "... la colère d'Achille,... colère détestable, qui valut aux Argiens d'innombrables malheurs et jeta dans l'Hadès tant d'âmes de héros..."(5). Il a raison de se mettre dans une telle rage, l'occident victorieux a suscité une multitude de désirs. Sous le croissant, il a réanimé le cyclope Polyphème et son peuple. Cette énergie combattante a trop longtemps séjourné au désert, le retour à la civilisation a stressé le modus vivendi américain, l'american way of life en a pris plein la gueule, du coup ils en ont profité pour déployer tout l'arsenal digestif. On est en plein western spaghetti, John Ford est mort et Tarentino joue les djihadistes pour le compte de mère vengeance. Lui aussi nous justifie la colère, ce prince des lumières sait jouer de la gâchette pour conserver le loisir de tuer. Je vous l'ai dit, Voltaire a fait vœu d'illumination, tout ça n'est plus qu'un jeux. Mais voilà, au dehors, le réel revient en force, les cyclopes ont réintroduit Dieu, ça frappe fort, par-ci, par-là, la violence jouée est telle qu'elle semble vraie. Ils ont imité Tarentino et joue allègrement à châtier tous leurs ennemis, après tout, le résultat est le même à l'écran, c'est toujours sanguinolent!
 Il n'y a aucune concession avec la rétine, l'absorption visuelle stylisée de la mort, a dégonflé le cœur et s'est développé de manière honteuse chez l'enfants. On est à un point de confusion si généralisée que l'amorce chrétienne est prohibée. C'est une nouvelle culture avec ses rites païens, ou plutôt Lucifériens, avec toute une tripotée d'éducateurs marxistes socialistes. De cette grande parodie de la Toussaint, au moins on a eu le bon sens de ne pas déguiser nos enfants en djihadistes, on aurait pu trouver ça de mauvais goût!

Antoine Carlier Montanari

 

(1) l'astéroide représenté sur la photo , baptisé Astéroid 2015 TB145

(2) inscription sur le billet de 1 dollar américain

(3) Pierre Chaunu, La civilisation de l'Europe des Lumières, Ed. Gallimard, p128

(4) La Ronde du Sabbat

(5) L'Illiade de Homère

(6) Avion A321 de la compagnie Metrojet, 224 passagers

 

 

Commenter cet article