Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

jean-luc_melenchon.jpg           

 Mais voici que soudain au pied de cet arbre, dans l’heure matinale de la belle saison,  surgit un renard qui, arborant fièrement sa belle fourrure, me toisa comme un lion affamé. La bête avançait avec la rage au ventre, si bien que je sentis le vent frémir. Voilà comment elle me glaça jusqu’à l’échine et qu’elle me fit perdre l’espoir de me rassasier des fruits de l’arbre. Elle gagna du terrain, me refoulant vers la sombre forêt où le soleil semblait ne plus voir, sortant les crocs avec les yeux rougis, en reculant je glissais à terre. Là je puis juger du piège dans laquelle elle m‘avait entraîné et malgré la distance qui m’en séparait, elle me dit:  « Ô toi, qui que tu sois, tu ne prendras point du fruit de cet arbre, car bien qu’il soit un bien pour toi, pour moi il est tout ce que je maudis! ». Alors en me frottant le dos je lui répondis: « Ainsi donc, c’est bien toi le hargneux, celui qui enrage de ne point être aussi grand! Tu brailles et tu agites la vengeance avec des mots sombres et vils! » . Le renard ricana et dit: « Si tu me suis, je t’expliquerai en quelques mots comment se repaître copieusement sans effort, d’un fruit bien plus savoureux! Là d’où je viens, les hommes ont banni les dieux et sont devenus des dieux eux-mêmes. Ils s’honorent les uns les autres et bâtissent des édifices à leur gloire. Ils font tout, vraiment tout, rien ne leur ait interdit! C’est mon paradis et si tu me suis, il sera aussi le tient!» A peine sa voix achevait de parler, je repris mes forces et me releva, rempli d’une belle assurance je lui répondis aussitôt: « Tu réveilles en moi, par tes paroles, une si grande frayeur, que rien en toi me donne l’envie de prendre tes pas! Tout cela me rappelle bien des histoires et je ne veux point suivre ce serpent qui rampe, la gueule collée au sol, incapable de courir pour attraper les rayons du soleil. Considère bien ce qui m’élève, et si je puis te le faire savoir autrement je te rappellerais cette fable que les enfants apprennent par cœur et qui fait de toi le personnage le plus lâche et si tu étais comme cette cigale je te mangerais!

Antoine Carlier Montanari (commentaire publié sur le site du Point, suite à l'article "Mélenchon, la vieille recette de la relance par la demande" daté du 06/04/2012) (publié également sur le site du Figaro, suite à l'article "Mélenchon: un discours "simplificateur" daté du 09/04/2012)

Commenter cet article

Xavier 23/01/2013 21:43

Au passage, force est de constater que lorsque vous citez un auteur, vous mentionnez son nom. Ce n'est pas le cas pour un photographe. Cela ne coûtait rien et si tel avait été le cas, comme pour
des dizaines de blogs, je vous aurais laissé libre usage de cette photographie pour votre blog. Etrange discrimination.

Mes remerciements pour vos excuses. La prochaine fois ce sera donc la facture... ;-)

AntoineCarlierMontanari.over-blog.com 25/01/2013 20:34



J'ai beaucoup apprécié votre photo et c'est pour cela que je l'avais choisi parmis tant. Tant pis pour moi et peut-être pour vous. Sachez quand même que votre talent est ici reconnu et je vous
remercie quand même car j'ai pu la mettre un certain temps. J'espère que vous m'en tiendrez pas rigueur, merci.



Xavier 23/01/2013 21:36

Votre insolence n'a décidément pas d'égal.

Dites, quand vous allez chercher votre pain, il est gratuit ? Votre logement également, je présume ? Et oui, "Tout travail mérite salaire" disait Lénine.

Et à ce jour, photographe est un métier.

Par ailleurs, si j'avais voulu faire du fric, vous auriez reçu un courrier dont vous auriez aimé les chiffres en bas à droite, TTC bien entendu. Preuve s'il en falait que dans ce monde certains
restent plus attachés à quelques valeurs qu'à du pognon. Quand bien même ils traitent avec des voleurs !

Bien à vous, donc !

P.S. : maintenant, moment de vérité, ce message va-t-il être validé ? Suspense...

Xavier 23/01/2013 19:22

Et voici que surgit l'auteur de la photo, qui s'étonne de ne pas avoir été contacté pour convenir d'un montant pour le droit d'usage, et plus encore de ne pas trouver son nom sous ladite photo. Et
qui se demande en conséquence : que fait-on ? elle disparaît dans l'heure avec de plates excuses ? ou une facture arrivera via un courrier d'avocat ?

Bien à vous,

AntoineCarlierMontanari.over-blog.com 23/01/2013 20:59



Vueillez excuser mon ignorance, maintenant s'il faut payer pour une photo, quel monde, quel honneur pour l'homme qui réclame tant pour si peu. Tant pis, piètre humanité, il n'y a que l'argent qui
...