Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

                                   jpg
 

 Ayant lu votre texte, donnant à ma raison une bonne raison de sourire, je trousse mes lèvres afin d'y trouver matière à redire. Si votre art construit tant qu’il peut la société humaine, disciplinant les chiffres et les statistiques afin de modéliser un système viable et profitable à tous, de sorte que cette discipline devienne plus que toutes les autres, majeur et incontournable. C’est par ce seul moyen aujourd’hui que tous les hommes doivent chercher leur nourriture et se faire un chemin, m’affolant plus encore quand j’entends partout ces mots qui s’affalent en ordre croissant et qui me dictent comment je dois vivre et où je dois vivre! Je deviens alors comme cette lionne qui perd sa progéniture, à l’instant où la mort vient la surprendre et qui sans pouvoir la faire fuir, se trémousse et bondit. De la situation qui est la mienne et qui est bien loin, trop loin de la vôtre, il vous faut savoir que si fort que puisse briller les diamants et l’or je ne puis même pas les approcher sans y perdre tout ce que j’ai de plus cher. L’immense abîme qui me couvre moi et mes amis, si sombre et de toute part que nous aurions tendance à penser que l’amour n’existe plus! Mais où entraînes tu le cœur de l’homme, maudite soif de l’or?*, ce terrible malheur nous broie comme de vulgaires morceaux de bois, creusant plus que la douleur des traits sur nos visages. Regardez donc maintenant en bas, c’est là que nous sommes et que nous subissons les affres de nos prochains, de ceux qui dans leur tours si hautes, spéculent sur les contrats et les marchés, entraînant la dette comme une chienne, imposant partout cette manière de faire. Non, ce n’est pas la dure loi du marché et ni d’une conjoncture difficile si je reprends vos mots, mais pour que vous puissiez envisager toute la sournoiserie humaine, la tendance naturelle de l’homme à faire le mal et à faire le bien que par nécessité*, que cette chute de Rome a si bien manifesté. Bien plus que ce que vous avez souligné et qui ne fait référence aucunement aux grands auteurs, vous auriez dû également citer l’histoire et ses dérives,  il me semble que c’est une chose digne de considération. Ces dissensions que l’on ne peut comprendre qu’en expliquant la nature humaine, de cette tension qui en dedans de nous maltraite tant de nos convictions et assujettit assurément notre liberté, voilà comment après l’on pourra asseoir un jugement certain. Pris au piège de la pensée étroite qui s’abstient des considérations autres que celles de sa propre nature, substance qu’Arthur Schopenhauer intitule « l’art d’avoir toujours raison »,  peut paraître vrai surtout lorsque la dialectique est bien construite et prend une forme qui trompe si bien le serpent. Chercher la vérité est une épreuve rigoureuse, c’est pourquoi à la lecture de votre analyse paru dans le Monde, je me permets de la remettre en question.  Bien que beaucoup ne trouveront rien à redire, croyant sans éprouver chacun des mots que la leçon est digne d’être retenue, ne sera pas pour moi aisé à avaler. Comme je vous l’ai dis, et si vous m’avez bien lu, qu’en cette racine qui nourrit si bien et que j’affectionne particulièrement, rend bien mieux compte que quiconque du monde et de son fonctionnement.  Par quel moyen votre esprit se retrouve rattaché à cette naïveté ambiante qui précipite d’avantage les incrédules et les braves gens? C’est pour cette simple raison que je me suis permis d’arracher à ma plume un peu d’encre, venant affirmer tout autre chose et même son contraire: est-ce un complot ? Oui. Mais si finit par germer en vous la volonté de me répondre, j’étayerai en amplifiant chacun de mes arguments par des exemples, commençant d’ailleurs par celui-ci:« Contrairement à ce que d'aucuns affirment, dans certaines lettres confidentielles très «européennes », le dernier sommet n'est pas un succès mais un lamentable échec. Ces rédacteurs de lettres très prisées assuraient la remontée de l'euro. Nous croyons plutôt que l'euro va s'effondrer pour la bonne et simple raison qu'étudier cette crise sans faire référence à un complot mené par des sociétés secrètes, c'est être dans l'incapacité d'anticiper demain. Affirmer que les Etats-Unis sont morts et que les Européens vont leur faire la pige, c'est non seulement faux, mais vivre dans un autre monde que le nôtre. L'Europe est actuellement massacrée par Wall Street, et ce n'est pas durant le premier semestre de 2012 que ce processus va s'inverser. Loin de là ! Extrait d'une interview de Jürgen Stark ancien chef économiste de la BCE, fin 2011 après son départ à la retraite en septembre.

Antoine Carlier Montanari (commentaire suite à l'article paru dans le monde daté du 02/05/2012, intitulé " Il n'y a pas de complot des marchés")

 

* Alighieri Dante (La Divine Comédie)

* Nicolas Machiavel (Discours sur la première décade)

Commenter cet article