Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

             melancholia1-copie-4.jpg
 
Ayant lu attentivement « Demain la fin du monde », au regard de ce qui vous stimule habituellement, l’étrange sujet pourrait apporter à l’écrit les similitudes avec notre temps. Bien que les ennemis de Dieu complotent à la destruction du monde,  doivent trouver dans Mélancholia une gène qui pourrait ouvrir les yeux des justes et des pécheurs.  Ces derniers, pour la plupart, s’entendent sur la continuité du monde et font fi des signes des temps qui annoncent le châtiment apocalyptique. L’honnête Padre Pio, la douce Bernadette et Lucie, tous ceux qu’on a connu par leurs nombreux bienfaits, où sont-ils maintenant?  Faites les connaître, puisque au détour d’une telle œuvre Lars Von Trier en a plus dit sur la chute que le chrétien lui-même. Si nous trouvons les mots et les images pour prévenir de qui se prépare, autant que la sagesse invite à la prudence, il serait mieux d’annoncer ce que le Christ dit  aux quotidien en des bouches ignorantes.  Je ne suis rien et Dieu parle en moi, aussi j’éprouve désormais un grand désir d’apprendre, d’une langue que des esprits sages et élevés ne veulent point entendre. Voilà en dessous ce que les cartes ne disent pas.  Mais vous pourrez les voir, si vous allez jusqu’en bas, vous abaisser, humiliant votre orgueil en recevant  autant que vous avez donné. Mais quand vous reviendrez à la lumière, les signes vous parleront,  votre discours semblera clair pour les uns et folie pour les autres. En ceci, si le Ciel les régale ou si l’Enfer les cuit, rendra heureux le humble et hagard l’orgueilleux. Donc ayant les yeux fixé sur vous, Abbé Guillaume de Tanoüarn,  guide qui me dit de m’éveiller, si ma sépulture m’avertit de ma futur condition, je dois vous mettre en garde de ce que vous ne m’aurez pas dit. Nous avons traversé la fin du monde avec Claire et Justine,  l’urgence de la question du  Salut, nous entretenant de la vie à venir. Mais voilà, mon cher Abbé, lors du grand avertissement , seront-ils moindre à se joindre au cortège? Parlerez-vous des sujets qui annoncent la chute de Mars et de ses fils? Dîtes-moi pour m’encourager, que mon pasteur m’aura averti du grand débordement! Car ce n’est pas sans raison qu’ils descendent dans ce gouffre, nulle époque pareille à la nôtre, qui en son sein demeure un obscure individu que l’Archange Michel veut renvoyer  dans son maudit chaudron.  Cette bête infâme sait bien se venger du troupeau que vous avez en charge, dévorant de tourments ceux qui se disent entendre le Seigneur et qui crient à qui entend que la fin est là. Mais pourquoi votre erreur coûte t’elle si chère? Vous et ceux que le Christ appelle ses glorieux disciples, aux dons de la connaissance, que le savoir vient souvent posséder, ne puissiez vous pas encourager de tels agneaux.  Car dire « Voilà en quelque sorte la vérité de Lars von Trier. »,  n’est-ce pas là déposséder le ciel de son soleil? Que d’autres aient caché la parole des prophètes,  qu’il convient d’ailleurs que vous en rendez compte,  font partout progresser le mensonge, alors comme celui qui s’aperçoit trop tard qu’on lui a volé sa besace, il maudira son ignorance. Mais vous, mon guide, que la terre bénie a engendré, combien pourriez vous dire, sont vivant là-haut comme des princes à remercier un jour celui qui les a sauvé? Apercevoir les signes dans une œuvre, y trouver connaissance pour la jouissance de l’esprit, est preuve d’un être précieux et qui brûle en dedans les fruits de la bêtise. Mais en cette force, décrypter ce que Dieu dit tous les jours à ses enfants est chose aisé. Il n’y en a qui parlent, dépourvu de la langue antique et que la sagesse n’a point encore habité où seule l’humilité a daigné s’y reposer. Ô mon cher guide, dis-je, ô toi, que le Seigneur appelle, revenons tous les deux aux mots qui dénoncent les fautes de ce monde et qui percent la voûte des cieux sans qu’aucun de ses disciples ne daignent nous en informer. Ne voyez-vous pas ces ennemis tenir caché autant de vérité et qui font dire au juste que ce temps n’est pas le temps de Dieu! Qu’il ne parle plus, incapables de l’entendre, le visage collé au sol qu’un cercle de Judas nous retient. 
Alors l’esprit enchaîne sa pensée, ne voulant point accorder ce qu’il y a de meilleur pour lui et entraîne dans une triste caverne des vies qui ne demandent qu’à changer de temps. Dépouiller sa chair, toiser le diable et lui renouveler notre dégoût, en ces termes nous pourrons sans fracas pénétrer ses murailles et sur la plus haute tour appeler les enfants de Dieu a retourner au bercail. Mais pour cela, mon brave guide, il faut user de votre savoir pour voir les signes des temps,  occuper l’esprit  par cette pensée et nul autre et comme Achille mourir pour l’amour.

 Antoine Carlier Montanari (commentaire suite à l'article de l'abbé de Tanouran sur le film Mélancholia, daté du 13/08/2011 )

Commenter cet article