Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

                                                 kandisky 

 Comme tombe les feuilles de l’automne, au gré du vent de sorte que l’arbre se montre pareil au sol avant qu’il ne l’enrichisse de son propre vêtement.  Se dépouille ainsi la toile qui porte vie et sans que nos mains puissent l’ôter, nos yeux cherchent l’architecture qui la met à nue. Montrons nous soucieux de  l’œuvre « Aquarelles » , répondant à ses signes qui se croisent comme autant d’équations mathématiques qui ordonnent un univers. Le scientifique y décèlera la juxtaposition de planètes, de  lunes et de soleils, d’autres des aiguilles qui trifouilles quelques cellules. Mais autant de lignes et de courbes peuvent justifier la course des étoiles suivant des directions que l’on peut établir par un ordre précis. Mais quelle puissance organise ces mondes,  nous voyageons au  chemin de l’artiste qui nous fait entrer dans cette barque noirâtre et là je puis juger par ce qui est visible, trop visible pour ne pas y voir cette barque solaire qui vogue sur le nil. Symbole qui entraîne le défunt vers l’éternité, un voyage qui le mènera à sa demeure finale. Nous descendons donc au sein des mystères de la mort et du salut de l’âme pour arriver à la vérité chrétienne qui se glorifie ici par ses symboles: le mat de la barque, la croix et les trois trais, les trois clous. C’est ainsi que l’on peut voir ce vaisseau, qui plane comme un aigle au dessus du monde, que les flots de la vie emportent, loin de cette masse grisâtre semblable à la mort et qui se dirigent vers la nouvelle vie que la croix effleure par ce soleil rougeoyant. Mais si  nous prenions d’autres mots, rapportant autre chose, l’on verrait à la lumière d’un autre esprit une image bien plus étrange. Il est donc convenable de traverser la toile et d’y trouver matière à réflexion afin que non seulement ceux qui peuvent le voir, mais les autres aussi, connaissent par les mots exprimés, un  bonheur, le bonheur d’être ici.

Antoine Carlier Montanari

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article