Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

 

             25 chap4 img04 bibledore apocalypse

 Et voici que le malheur est maintenant sur nous,  j’avoue qu’en ces temps, ces temps de la fin, me réjouissent tant mes ennemis pressent le pas pour en finir, mais c’est eux qui vont finir. C’est ici une réflexion qui me passionne vraiment, les écoles modernes de la pensée ont engendrées tellement de crétins, qui en foule constitue un nouveau peuple pour un nouvel ordre. Il est facile de constater, sans même une analyse subtile, la semence qui alimente tout cela. Quand le socle de la civilisation désavoue Dieu, successivement nourri de science et de matérialisme, il faut alors se résigner à perdre l’espérance de l’éternité et encore plus ce facteur réellement nouveau qu’est le Christ. Car ses effets bien que largement bouleversants pour le cœur, donnent à l’humanité une cause véritable de réjouissance et si aujourd‘hui il est absent des langues, la philosophie ne pourra réellement subvenir au besoin intime d’aimer et de se sentir aimé. Sans doute trouveront-ils des artifices ou des leurres pour crédibiliser leurs théories, mais biens incapables d’expliquer le pourquoi de la vie. Comprendre ce que la nature humaine a fait de plus remarquable, découvrir comment la psychologie a su matérialiser des chefs d’œuvres et rendre par la beauté des choses qu’on dit d’aujourd’hui qu’elles sont dépassées. L’observateur attentif n’ignorera pas tout le scandale de la modernité lorsqu’elle avoue pouvoir se passer de Dieu. Dans toute cette pensée, les individus se dissocient de leur histoire puis de leur culture, préférant soumettre leur vie à d’autres individus qui auront comme eux les mêmes critères de raisonnement. Voilà dans quel monde on vit aujourd’hui, cette race d’hommes et de femmes possèdent à peu près le même degré de conscience, cette âme collective avoue la limite de l’homme par son existence physique. C’est pourquoi ils cherchent en tous sens un sens à l’existence, c’est comme des souris dans un labyrinthe, chacune d’elles cherche la sortie mais aucune d’elles ne se demande qui les a mises dedans. C’est là malheureusement une attitude habituelle, si contagieuse d’ailleurs qu’elle devient très vite majoritaire dans tous les milieux. L’état de fascination où se trouve ces personnes, conscientes que la modernité est un bien collectif nécessaire à la bonne marche de l’humanité, ils construisent en très grand nombre des avions, des fusées, des portes conteneurs, des voitures, des motos, des tours, des routes, des casinos, des supermarchés, des stations essence, des stades de football, des discothèques et toutes choses prévues pour assurer une croissance économique vigoureuse afin d’enrichir les marchés. Tel est à peu près l’état de la société d’aujourd’hui, l’homme est devenu un automate, presque arc-bouté, plus assez fort pour se redresser. C’est parfois un être cultivé mais toujours essuyé de son esprit critique, qui spontanément vous expliquera le bien-fondé de l’avortement, de l’euthanasie ou du mariage homosexuel. Il n’a donc plus d’intérêt à la conversation, ils passent aisément aux sentiments les plus larmoyants lorsqu’il s’agit d’en discuter, vous faisant même passer pour un bourreau si vous leur tenez tête trop longtemps. Rien donc ne saurait les faire sortir de leur certitudes, le matérialisme a déjà encré ses griffes trop profondément, la grâce de Dieu semble être la dernière chance pour les en sortir. Cependant pour la plupart, il est vrai que la bêtise demeure fortement la cause de cet état et cette catégorie, qui est la plus coupable à mes yeux, participe la mieux, par la démocratie bien entendu, à la mise en place de cette modernité dépravée. Brel, Jacques, disait : « -La bêtise, c’est la mauvaise fille du monde, la sorcière, c’est la bêtise ! Il n’y a pas de gens méchant, il y a des gens bêtes, c’est pas de leur faute hein et les gens qui ont peur, ça c’est de leur faute ! Il y a des gens qui ont peur et qui n’assument pas leur peur ! J’crois que tout commence un peu comme ça. Enfin ça c’est à un philosophe de déterminer tout ça, c’est pas à moi. Mais j'aime pas les gens bêtes, la bêtise c’est de la paresse. Ah oui on m’fera jamais croire que… la bêtise c’est un type qui vit et il se dit ça me suffit ! Ca me suffit, je vis, je vais bien, ça me suffit ! Il se botte pas le cul tous les matins en disant c’est pas assez, tu n’sais pas cette chose, tu n’vois pas cette chose, tu n’fais pas cette chose ! C’est d’la paresse je crois la bêtise. Une espèce de graisse autour du cœur qui arrive, une graisse autour du cerveau… ». C’est ce qu’il y a de plus funeste pour un peuple, encore plus lorsqu’il se met à voter. Voyez-vous donc comment une élite bien organisée et bien adroite peu avec le temps manipuler la raison commune et jouer sur la dîtes paresse pour propager ses doctrines. Si nous supposons que la plupart se complait dans la paresse et ne trouve aucune importance aux leçons de l’histoire, aux beautés de l’art, de la poésie, de la littérature, de la multitude de causes visibles et invisibles, à la complexité des évènements sociaux, politiques, économiques et militaires, et pour bien d’autres motifs encore, qui tous assemblées permettent d’entrevoir la vérité, alors il parait logique qu’ils sont à la merci de ceux qui sont futés. Ici et maintenant c’est le cas, le mariage pour tous, une majorité de français à 56% y sont favorables, cette multitude parait guidé par une faiblesse de l’esprit, cette multitude, cette même multitude qui a voté pour un gouvernement sans foi révèle l’état de l’apostasie dans notre pays. Si donc, par cette simple constatation nous pouvons entrevoir les perspectives à venir, d’ailleurs de la même manière qu’au temps où l’avortement fut promulgué comme un bienfait, vous comprendrez qu’il ne faudra pas longtemps pour que d’autres lois du même genre apparaissent. Les grands bouleversements ont déjà commencé, la chute de notre civilisation est en marche et tous ses fondements sont remis en question, et cela avec l’accord du peuple. Desproges, Pierre, disait: « -la démocratie c’est la loi du plus grand nombre et le plus grand nombre c’est les gens qui regardent Sabatier. Que ces gens-là votent, je trouve cela scandaleux, c’est tout ! ». Notre époque est à un tournant de l’histoire, la pensée des hommes virevolte selon ses humeurs et ses convictions du moment, les croyances religieuses sont mises à mal et combattues pour ne pas être au goût du jour. Voilà un signe qui devrait interloquer les esprits vifs, il n’est certainement pas aisé d’en comprendre toute la teneur mais il est certain que ce qui se dessine n’est pas rassurant pour l’avenir. L’avortement, le mariage homosexuel, l’adoption d’enfants par ces derniers, l’euthanasie et l’usage des cellules souches constituent aujourd’hui un planning souverain. Il est devenu prépondérant sur tous les autres. Appliqué, facilité et encouragé avec zèle, se sont ses caractéristiques les plus saillantes et les plus à même d’y déceler l’empreinte du diable, voilà le signe majeur ! Plus subtil aujourd’hui qu’au temps de la Sainte Passion, ce dernier qui connu là sa plus grande déconfiture, singe désormais le Christ. Ca marche du tonnerre, trop bien, il doit s’en étonner lui-même. Cette fausse imitation ne trompe que les idiots, chose facile puisque les démocraties en sont pleines ! Mais quoi qu’ils feront, ils ne sauront engendrer le Messie de Haendel, l’Ave Maria de Schubert, les requiem de Mozart, la Sainte Anne de Léonard, le Paradis perdu de Milton ou encore Notre Dame de Paris. Cette foule qui est incapable de tout cela, est le jouet de la finance, soumise elle-même à cet excité du dessous, c’est ce qu’on peut exprimer raisonnablement lorsqu'on a lu la bible ou l’enfer de Dante. 

 Antoine Carlier Montanari

 

Commenter cet article