Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

19a8588f58f4916f911af795390ef27a6f330fa0

 Si vous aviez vu comme moi, les yeux grands ouverts, ces dessins et ces ébauches, vous auriez une idée très claire des grands tumultes et de la guerre. La tragédie est ici l’œuvre principale, les nombreux fils de l’Olympe, furieux, font trembler la terre, les mortels et leurs cités, il y a urgence dans la demeure des hommes. Voici donc l’auteur de ces scènes, David d’Angers, qui trace d’une encre noire les morts et les vivants, fait jaillir le monde antique pareil à un vaste incendie qui gronderait dans les palais de la nouvelle république. Le roi est mort comme son ami le poète, ils sont tombés dans un profond tourbillon, laissant au monde un héritage sanglant. Il faut dévorer, oui il faut les dévorer ces feuilles comme le Saturne de Goya, ou celui de Simon Hurtrelle que vous trouverez un peu plus bas, dans ce même palais, admirablement représenté et tout de blanc, sans le sang. Oui, il faut les dévorer ces feuilles,  aussi sauvagement que ce géant, aussi goulûment car c’est là la manière qu’il faut pour saisir toute la férocité de cette œuvre.  Formidablement déployée, elle vous projette à la manière d’une tragédie dans le cirque humain. L’âme admire, prend acte des atrocités qui mènent à la mort et s’en va épurée reprendre son souffle. Voilà ce qu’on appelle une délicate intention, surtout en ces temps, des temps d’infortune et de misère. Il nous est possible, ainsi, de retrouver le droit chemin, on pourra dire, ensuite, aisément, que jadis il y eu un temps qui ressembla au nôtre. Allez donc voir, pour mieux voir, ceux qui expirent, sous le glaive, la baïonnette, le sabre ou le pistolet. C’est comme cela que la mort a creusé, que la plume a tracé et si rien de tout cela ne vous apparaît comme cela, alors prenez au moins le temps d’admirer Louis Bertrand à l’ensevelissoir. S’il est dit qu’ici, la vie s’en est allée, il est dit aussi qu’elle fut remarquablement représentée. Il fallait qu’il en soit ainsi, ainsi il fallait un grand hommage. 

 Antoine Carlier Montanari (commentaire suite à l'exposition du Louvre sur l'artiste David d'Angers, commentaire publié sur le site du Louvre)

 

Commenter cet article