Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

 

   lady-gaga.jpg 

 Il convient, au regard de ce qui défile sur l’édifice numérique, de comprendre le langage exprimé par le ballet. On est en droit d’attendre de ceux qui virevoltent, l’expression d’une mise en forme qui établie le sens voulu par l’artiste. Ce qui s’apparente pour le spectateur moyen, à une dynamique qui caresse les sens, devient pour qui fait preuve d’acuité, un ballet savamment ordonné qui crypte la vie de la manière qui lui est propre. Il n’est pas nécessaire de s’enthousiasmer des frasques coquines et suggestives si elles ne libèrent pas des significations plus subtiles comme politique, historique ou religieuse. Cette coquine embourgeoisée qui pleure son Alexandre, simule une Peron blessée, que des voluptés ambitieuses finissent par démonter. La lady savoure sa tristesse et baigne des allégories physiques de ces cerbères en nous expliquant la dualité qui la dévore. Gourmande au repas de la sensualité, aux convulsions qui la diabolise, elle croise le regard de Dieu et s’en va offrir sa virginité au lit de ses amants. Pulsations érotiques mimées par cette danse contemporaine, aux allures architecturales séduisantes, qui ne peuvent empêcher de nous faire savourer, avec une certaine délectation, l’harmonie graphique des corps. Une résolution musclée de la beauté physique, qui peut se faire écho, si l’on daigne accorder une importance aux conjonctures artistiques, et j'entends par là la construction humaine qui s'édifie autour d'elle, au radeau de la méduse et comprendre ainsi, peut-être, la dérive de l’homme et son naufrage lorsqu'il est soumit à ses misères. Étrange ressemblance qui ne peut appartenir qu'à celui qui écrit ces quelques lignes et qui verra l’autre témoigner d’une autre grandeur et c’est en cela qu’il appartient à chacun de comprendre les expressions qui se montrent à lui. Car ce qui la distingue de l’élan commercial qui la caractérise, c'est la façon d'extérioriser les pulsions qui la conditionne, discernant ainsi ce qui la préoccupe. Il n’est point rare de voir cela chez ses voisines, qui d'ailleurs, au talent qu'elle conjuguent, ne poussent pas aussi loin l'énergie de la rébellion. A dire qu’elle a du génie est un peu démesuré, mais avouer son arrogante démesure pousse à nous poser des questions sur son évidente volonté de briller. A jouer les divas modernes, enturbannée dans des sparadraps, exagérant ses accords visuels, de sorte d’arracher au public son manque d’attention prenant ainsi a cœur de glorifier l’inutile et le ridicule, qui chez elle se transforme en gloire.

 Antoine Carlier Montanari (commentaire suite au clip vidéo intitulé "Alejandro")

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article