Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par AntoineCarlierMontanari.over-blog.com

    juda.png 

 Je déteste cette rage qui peine mon cœur, de celle qui nous contraint à n’entendre que la rage elle-même, mais comme je le dis parfois, la colère qui en découle peut-être un ornement utile. Si cette mégère entendait d’une autre mesure les roulis de la vie, je n’aurais point à poindre mes mots pour en former une lame tranchante. Quiconque parmi ses fidèles, en me comptant, pourrait adjoindre à sa verve des louanges sur sa manière d’exercer son art, du bas de son corps et jusqu’à sa chevelure qui supporte là, le plus, la virulence de ses ennemis. Elle pourrait croiser mon regard ou tout autre chose, désirant joindre, d’une manière peu convenable, la plus belle de ses poses, que rien ici bas ne saurait m’en faire détourner. C’est là un piège redoutable,  qui comme je n’ose le dire prend un malin plaisir à attraper son mâle. Ce n’est qu’en cette circonstance que la femme la moins modèle prend forme, si bien qu’au temps jadis elle pouvait s’appeler Marie Magdeleine. Et c’est là justement où je veux en venir, éclairer les esprits engourdis,  faire demi-tour et regarder de ce côté-là du monde ou plutôt du ciel en jetant un œil assidu sur ce passage du Livre dans lequel la femme pécheresse abaisse son regard devant l’amour. Dans cette foule immense qui la traite de putain, elle surgit derrière celui qui deviendra le crucifié, obtenant de lui un trésor nullement pareil à tous ceux existants sur terre. Ce passage si flamboyant pour l’âme humble, doit édifier ceux d’entre vous qui forment en leur cœur la toute puissance de l’orgueil. Cette reine, comme vous aimez l’appeler, ne refuse d’ailleurs pas ce rôle biblique, qui me permet de croire encore qu’elle n’a pas totalement évacué le sens du Verbe. Plus important que vous ne semblez le croire, devant vous elle emboîte ce pas si fièrement qu’en dedans d’elle, la cause de son mal entend déjà bien son amour du Christ. Je l’a suivrai de près, à l’odeur de son parfum, en espérant qu’elle le porte à celui qui nous aime tant.

Antoine Carlier Montanari

Commenter cet article