Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Alighieridante.over-blog.com

         

 En ces temps la foudre frappe en paquet, la mémoire humaine reste confuse, en effet le 9 septembre 2015, en Inde, 34 personnes meurent foudroyées, le 15 mai de cette année, au Bangladesh, en trois jours, c'est 59 personnes. Pareils événements sont beaucoup plus que ne le laisse entendre l’action de la nature. Pour ma part, il n'y a rien dans cet acte naturel qui ne soit fortuit, pour les grecs l'éclair était l'attribut de Zeus, par lequel Homère enverra, dans l’Odyssée, les nefs aux fonds des mers. Les gaulois, quant à eux, avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête, dans la bible, Job nous dit de Dieu qu’il ne retient plus l’éclair, dès que sa voix retentit (Job, 37-4), alors que le Christ nous dit qu'il a vu Satan tombé du ciel comme un éclair (Luc, 10-18), Anastase, l’empereur byzantin, nous dit Bossuet, mourut frappé du foudre, tout comme Capanée qui fut atteint de la foudre pour avoir méprisé Jupiter. En 1962, un éclair a fait exploser le fuel dans un réservoir d’un Boeing 707 de la Pan American, causant le crash et la mort de 81 personnes. Le 15 mai 2012, le jour où François Hollande devient président de la république française, la foudre frappe son avion alors qu’il se rendait à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel. Le 11 février 2013, un autre éclair est tombé sur la coupole de la basilique Saint Pierre après que le pape Benoit XVI ait annoncé sa démission. N’oublions pas que le docteur Frankenstein, dans le roman de Mary Shelley, intercepte la foudre à l’aide d’un paratonnerre pour donner vie à sa créature. C’est dans ces choses que l’éclair produit nécessairement un trouble en raison du principe radical de sa nature. Quand la foudre cible et frappe autant d’individus, ce niveau de précision défie en un instant toutes les probabilités. On aura beau palabrer, pour ma part lorsque le ciel cible les hommes, ça fait office d’avertissement et je ne crois pas un seul instant que celui qui en est témoin puisse avouer raisonnablement ne pas ressentir quelque inquiétude quant à la nature de ce qui vient d’arriver. Bien malin celui qui serait nier quelque volonté invisible dans cette affaire-là, il pourrait en conséquence attirer la foudre sur lui et ce ne serait pas présomptueux de dire cela au regard des nombreux faits que l’histoire nous a compté. Face à la foudre il n’est donc aucune volonté, aucun courage, aucune lucidité qui ne puisse résister, elle est implacable et son jugement est prompt. On peut affirmer le contraire mais seulement quand on demeure bien à l’abri et loin de son puissant grondement. Si l’on use d’un paratonnerre pour en contenir la force, il faut se poser la question du pourquoi de cet outil qui fait office en réalité de bouc émissaire métallique, après tout celui qui aura lu l’auteur de « j’ai vu Satan tombé du ciel comme l’éclair », comprendra aisément pourquoi j’associe le paratonnerre au bouc émissaire. A la suite, on peut affirmer que lorsque la foudre cible et frappe les hommes, ces derniers, tels des paratonnerres vivants, font office de boucs émissaires. Ceci dit, au moment où je m’apprête à achever ce petit texte, en ce samedi après-midi, à Paris, au parc Monceau, la foudre a blessé 11 personnes dont 8 enfants. En Allemagne, ce même samedi, lors d’un match amical, ce sont 35 personnes qui ont été touchées dont 30 enfants, de plus, pour rendre la chose plus incroyable encore, " D'après les témoins, il n'y avait ni pluie ni ciel sombre" au moment où la foudre est tombée, a déclaré la police à DPA ". Il est donc préférable, particulièrement en ces temps, lorsque l’orage gronde, de se tenir éloigné du jugement du ciel, il n’est dit nulle part où frappera la foudre, et je ne vois pas, surtout pour l’athée endurci qui se trouverait nez à nez avec une telle mesure, comment  il pourrait maintenir très longtemps ses certitudes ! C’est en quelque sorte être touché par Dieu lui-même,  je ne vois pas comment il en serait autrement tant la foudre qui traverse la chair sans la détruire, est comme la vérité, nous dit Fénelon, elle pénètre jusqu’au fond des entrailles, pour finalement atteindre l’âme.

Antoine Carlier Montanari

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article