Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Alighieridante.over-blog.com

       

 C'est un évènement chargé, chargé de toute l'expression terroriste, démesurément humaine et maléfique, et qui dans sa conversation avec Dieu lui a prit une foule de croyants et de fils. Cette expression négative est devenue aujourd'hui un rituel sacrificiel nourri en dedans de lui du même fumier que celui des rites antiques et païens et pourtant,  elle n'aura eu aucune trajectoire médiatique qui aurait pu insuffler un sursaut de prières de la part du reste du monde. On est dans cette isolement interactif qui mobilise dans un maximun de foyers une gangrène mentale que l'on nommera confusion. Cette grande prétresse, silencieuse et séduisante, sécrète en dedans des êtres une fascination pour l'à priori, un totem, un totem emblématique d'une société qui se dit rationnelle. C'est un réseau dorénavant instruit de l'intérieur par une solide capitalisation du nihilisme. Il n'y a plus de liens verticaux, seulement des liens horizontaux pareils à une multitude de fils composants une toile d'araignée.  Autant de pôles d'attraction qui dessinent un espace crépusculaire dont la longitude et la latitude se situent, à mon sens, au centre d'une accrétion diabolique. Si le Nigéria a été au coeur de ce vortex, l'attentat dans la grande mosquée de Kano, qui je le rappelle a fait en ce vendredi pas moins de 120 morts et 270 blessés, n'est que l'expression de la grande habileté du mal, d'une oeuvre au caractère épouvantable qui dans des conditions toujours plus effrayantes parvient même à se faire discrète, si discrète que le reste de l'humanité n'en aura pas eu conscience. Or, cette nécessité de s'informer pourrait rappeler les effets des calamités sur la terre entière. Cette discussion avec la conscience, révélatrice de la fragilité de la vie et surtout de son terme,  la grande affaire disait Bossuet, pourrait générer un bien salvateur pour l'âme, à savoir la préparation à sa propre mort. Sans cela, réellement, le temps fera son affaire et à ceux, par exemple, qui dans le sud de la France se sont concentrés sur quelques contingences mineures, en continuant à vivre comme si de rien n'était, dans une souveraine tranquilité des fléaux qui affligent le genre humain, pour citer une dernière fois Bossuet, eux ont été rappelé à l'ordre par cette justice providentielle qui a causé d'incessantes inondations.  Il y a cette péréquation dans l'épreuve, l'arrogance pousse à croire que les malheurs n'arrivent qu'aux autres, le recours aux signes et aux avertissements absordent progressivement l'idée de notre invulnérabilité et surtout entretiennent un dialogue avec les forces suprêmes du cosmos. La dignité de l'homme, perdu dans l'antique jardin, s'est doucement diluée dans l'expérience du péché. Cette dégradation comportementale a petit à petit effacé l'idée de cette dignité, la confusion a progressé furtivement, à la manière du serpent d'ailleurs, et a fini par obscurcir l'être entier qui totalement dégradé devient incapable de retrouver cette même dignité dans l'être humain. Il faut révéler tout ce processus de déconstruction du monde réel et porter une attention particulière sur la volonté de l'homme de détruire et de nuire à son prochain, car si rien, ni calamité, ni mort ne venaient freiner son infâme politique, il finirait par se prendre pour un dieu.  Et  que fait un dieu qui ne sait ni aimer, ni pardonner et qui a élevé au rang d'art, la guerre?

Antoine Carlier Montanari

Commenter cet article